Coryse vous aide à traverser

Un soir de fin d’été sur un semblant de trottoir à Lomé. Un au revoir de plus. On échange quelques mots, quelques encouragements pour la suite de nos routes respectives, quelques « peut-être » lancés en l’air : on ne sait jamais peut-être qu’on se reverra... Un au revoir de plus. C’est alors que Coryse s’approcha...


Quand Coryse s’approcha... et en même temps qu’elle cherchait à nous embrasser pour nous dire au revoir, elle nous a tendu un bout de papier blanc et a dit doucement avec une légère pudeur dans la voix et l’ombre d’un « c’est pas très important » dans le regard : « Vos histoires de Traversées, ça m’a fait penser à la mienne ! ».




Coryse Vattebled, le 14 février 2001.
« Ce n’est pas le chemin qui est difficile, c’est ce qui est difficile qui est le chemin. » - Simone Weil

La maladie, c’est un tremblement de terre, des pans entiers de montagne s’effondrent, le niveau de la mer monte, la terre s’ouvre, les cieux s’obscurcissent, plus rien n’est à sa place, les repères s’effacent.

Le chaos est maître, maître en soi.

Il y a de quoi être terrorisé. Peur, doute, culpabilité, incapacité jonchent le sol. C’est une apocalypse personnelle.
Il ne reste que la contemplation d’un champ de ruines, de soi en ruine, sans aucune force pour remonter les murs, ni déblayer les gravats.

Lavée de toute arrogance, me voilà assise seule sur mes décombres. Et mystérieusement, c’est là que tout se joue.

Je suis dans ce déséquilibre qui fait l’équilibre. L’apprenant comme réalité essentielle, comme déchirure inguérissable qui ouvre les portes du possible. Les ruines me disent la promesse.

C’est, je crois, à partir de ce jour, que je commence à peindre, à entrer dans un acte créateur libérée de moi-même, de ce moi que voudrais être. Je suis. En cette instant je nais à ma propre humanité.

Tel le funambule sur son fil apprivoise le vide et en fait son ami. Il respire, son regard le tient et sans inquiétude, conscient de défier les lois de la pesanteur, le funambule traverse et il passe.

Prendre un pinceau c’est partir en haute mer, accueillir le vent, la pluie, le soleil, jouer avec les courants, goûter à sa juste place dans le cosmos. Impossible de connaître à l’avance le chemin.

C’est lui qui se dévoile.

Si je dis souvent que la peinture m’a sauvée, c’est qu’en elle je suis en travail de présence réelle. Avec les couleurs, je rends témoignage. J’obéis au paysages intérieurs que je contemple, à ce regard unique que j’ai reçu.

J’y apprends le secret de la multiplication :
Donner ce que l’on a.
Pour nourrir une foule seuls cinq pains et deux poissons plongés dans l’absolue confiance suffisent.

Telle la falaise accueille les déferlantes de la tempête et le clapotis des jours calmes ; la peinture est devenue mon baudrier de combat et mon lieu de repos.

Peindre c’est un métier de « vieux », car nul ne peut contraindre la peinture à l’immédiateté. Avant d’apposer son pinceau, il faut vivre. Cela rappelle le travail du vin et l’importance du fût.

Le paradoxe de cet art qui a le temps, c’est qu’il est essentiellement un art du présent.

Pendant le travail le moindre recul tue la magie, l’alchimie incroyable entre l’intention, la matière, les couleurs, les formes et l’expérience d’être.

La méditation précède toujours, le jugement succède souvent, très souvent, mais dans l’instant il faut une entière confiance à ce qui naît.

« Toi tu repeinds toujours les tunnels en blanc » est le plus beau compliment que l’on m’ait fait.

Mon tableau n’est pas le lieu de ma souffrance, mais celui de ma lumière. Ces souffrances, je les traverse, elles me blessent, me torturent parfois, mais ce qui m’importe, c’est le supplément d’humanité qu’elles m’offrent. J’essaie d’inscrire sur la toile la lumière que je reçois.

On me demande aujourd’hui de faire des expositions.
J’hésite entre la joie de partager et la nécessaire nudité que cela suppose.
Pour se mettre à nu, il faut l’indispensable intimité.
Cette vérité a besoin de tendresse.
Comment échapper à l’effervescence, aux mondanités ?
Comment garantir le silence ?
Comment être dans l’instant des découvreurs des mondes nouveaux ?
Comment faire de ce moment de rencontre une création ?

Je rêve d’une exposition.

Comme d’une escale dans un port, une terre où poser le pied pour donner des nouvelles du vaste monde, où les couleurs sont des royaumes à découvrir, des palais à visiter, des plaines à chevaucher, des torrents à remonter, des fleuves à descendre.

Comme du printemps qui se sert de l’hiver.
De ce printemps inestimable pour nos vies.

Je rêve de murmurer combien ces couleurs ont le pouvoir d’ouvrir l’espace, de rendre libre, et mystérieusement donnent des yeux d’aigles qui rendent le visible invisible.

Bienheureuse la maladie qui me vaut au quotidien un tel voyage dans ces contrées inconnues, à travers ces terres dont je ne soupçonnais même pas l’existence.

Traversée d’humain dans l’humain.

Mon espérance est de poser le pas du jour.
De brûler, de me consumer avec d’autres pour devenir feu.

Je suis consciente que l’enjeu de cette traversée d’enfant prodigue est de faire de ma vie une oeuvre d’art.

La maladie a été un privilège pour accueillir ma faiblesse comme pierre angulaire. Empreinte indélébile gravée au plus profond, elle donne sens à ma peinture.

Comme j’aimerais que mes tableaux donnent de la joie, qu’ils soient une consolation, un baume que l’on dépose délicatement sur une blessure. En un mot qu’ils soient un cadeau, une invitation à traverser sans peur, nos propres, pauvres et belles humanités.




Et si la beauté pouvait sauver le monde ?

Nous avons rencontré Coryse et Claire autour d’une idée empreintée à Dostoïevski : « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? ». Si la question sonnait éminemment poétique, elle n’en restait pas moins relativement obscure. Comment la beauté pouvait-elle sauver le monde ? Rapide retour sur un concept original.

« Chacun de nous, nous dit Claire, a dans son existence fait l’expérience de la « beauté » : beauté d’un paysage, d’un chant d’oiseaux, d’un tableau, d’un geste ou d’un regard. La plupart du temps, ces moments nous soulagent, nous libèrent d’un quotidien trop pesant et nous font oublier jusque la notion du temps ; ce sont dans ces moments que l’on se sent se rapprocher de soi. Ces moments privilégiés il nous faut apprendre à cultiver aujourd’hui, cette dynamique il nous faut l’alimenter sans cesse, ce souffle intérieur il nous faut le libérer, le laisser vivre. »

« Or l’art n’est-il pas, par essence, l’outil qui poétise la réalité pour en révéler la beauté ? Les artistes ne cherchent-ils pas, à travers leurs créations, à rendre visible l’invisible, à révéler ce qui se cache au fond des choses ? »

« Et l’Homme, l’Homme n’est-il pas lui aussi un créateur, un artiste devant l’éternel ? N’est-ce pas être artiste que d’éduquer les enfants à la liberté, à la créativité ? N’est-ce pas être artiste que de changer une graine en une magnifique fleur ? »

« C’est ce lien qui existe entre « l’Homme créateur » et la « beauté source de mieux être » qui peut aujourd’hui aider le politique et contribuer aux grands changements sociaux qui sont nécessaires à la construction d’un monde plus juste, plus équilibré, plus solidaire, plus humain. L’Homme naturellement se place au centre de cette dynamique et par sa « création » imagine de nouvelles formes de vie en société plus en accord avec son être, plus proches de ses aspirations, génère de nouveau espaces de vie, réinvente l’école, la vie de l’entreprise, la science, les modes de coopération... »

« Quelques soient nos métiers, il s’agit simplement d’ajuster les actes que notre conscience nous inspire à notre échelle, de travailler à unifier nos aspirations et notre agir, d’exercer notre liberté créatrice là où nous sommes, en nous affranchissant progressivement des conditionnements divers dans lesquels nous sommes enfermés. »


JPEG - 35.8 ko
Le comité d’oragnisation de la rencontre "Et si la beauté pouvait sauver le monde ?" : Coryse (au premier plan) et Claire (presque cachée au second plan) et l’équipe togolaise du Rameau de Jessé.

Coryse Vattebled et Claire Fabre anime en France le Centre culturel de Palis dans l’Aube. Elles participent activement à la mise en route à Lomé d’un congrès intitulé « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? », en collaboration sur place avec le Rameau de Jessé. Cinquième du nom, elles aiment à dire que cette rencontre se veut la fois artistique : « parce que l’art et la beauté révèlent la dimension sacrée de l’humanité, de la nature, du cosmos » ; interdisciplinaire : « parce que l’homme est un mystère et qu’il ne peut être entrevu que dans sa globalité » ; et interculturelle : « parce que l’homme est un être de relation qui ne peut être lui même que dans l’expérience de l’échange et du don. Cette rencontre devrait avoir lieu dans le courant de l’année 2005. »



Lomé, République du Togo - le 17 septembre 2004.

Traversées - http://www.traversees.org
A propos de Traversées
Nos compagnons de route
Presse
Contact
français espanol english